Espace
adhérent
Devenir
adhérent
LA RACE CHAROLAISE

LA RACE CHAROLAISE

1ère RACE À VIANDE EN FRANCE ET EN EUROPE

L'application Smartphone indispensable pour la gestion de votre élevage

L'application Smartphone indispensable pour la gestion de votre élevage

téléchargez-la sans attendre !

Du côté des Adhérents HBC, des témoignages et des initiatives à partager !

Le Herd Book Charolais, Association Nationale d’éleveurs, regroupe près de 2000 adhérents dans toute la France. Elle regroupe tous les profils d’éleveurs, quelles que soient les tailles des exploitations et les types de productions.  Tous animés par la passion de la race charolaise, nous vous proposons de découvrir à travers un petit tour de France et quelques portraits, les hommes et les femmes qui font l’association et de partager les visions et pratiques innovantes qu’ils ont de leur métier…

✍ Si vous aussi vous avez mis en place de nouvelles solutions faites-le nous savoir à info@charolaise.fr 

EN PÂTURAGE TOURNANT DYNAMIQUE !

Jean-Marc Touillon, éleveur-adhérent HBC, à Decize (58).
« Sur les conseils d’un nutritionniste, j’ai entrepris la gestion de mes parcelles en pâturage tournant dynamique, il y a un an. Cela m’a permis d’améliorer la flore, la productivité de mes terrains, et surtout de proposer à mon troupeau une herbe de qualité, qui est encore mieux valorisée. Cela me permet de faucher un hectare et demi de foin en plus, pour un lot de 22 vaches. »

 

 

ASSURER LES QUALITÉS BOUCHÈRES PAR LE CHOIX DE SON REPRODUCTEUR

Fabien Gaudet, éleveur-adhérent HBC à Marly sur Arroux (71),
« Je travaille avec Jérôme Saint André, Chef boucher du Super U à Prissé (71). Il recherche des animaux labellisés “Plaisir Charolais” et s’approvisionne auprès de 6 éleveurs inscrits au HBC. Je lui fournis une trentaine de bêtes par an, des génisses finies à l’herbe et des vaches de réforme de moins de 8 ans. Pour répondre à ses attentes, le choix de mon reproducteur est primordial. Je l’adapte en fonction de mes besoins. Pour les vaches, je m’oriente vers un taureau inscrit A+, plus conformé, un bon compromis entre la viande, la taille et les facilités d’élevage, avec de la finesse d’os et du dos. Côté génisses, les qualités bouchères recherchées ne m’empêchent pas de travailler le vêlage facile. Je les insémine avec un de mes taureaux inscrits A+, typé viande, qui assure de bons vêlages.» Fabien Gaudet, éleveur-adhérent HBC à Marly sur Arroux (71), gère un troupeau de 120 vaches et utilise une dizaine de reproducteurs inscrits A+ pour optimiser sa production.

 

QUALITÉS HERBAGÈRES: JE DIMENSIONNE MES PARCELLES À LA JOURNÉE

Christophe Chaize, éleveur adhérent HBC à Pouilly les Nonains (42).
« Sur mon exploitation j’ai un atelier dédié à l’engraissement 100% herbe, ce sont des femelles achetées en partenariat avec SICAREV et un troupeau de 50 vaches allaitantes. Après avoir longtemps étudié le comportement de mes animaux au pré et correctement intégré les paramètres de la pousse de l’herbe, j’ai modifié la gestion de mes parcelles. Je suis passé sur une gestion à la journée pour tous les animauxdestinés à la vente sur la saison. Chaque jour, je calcule les besoins de mes vaches, que j’ai réparti par lots d’environ 20, et je dimensionne mes parcelles en conséquence au jour le jour. Actuellement sur le printemps, il me faut en moyenne une parcelle de 1000 M2 pour assurer leurs besoins journaliers (soit des chargements instantanés pouvant atteindre les 150 à 200 UGB/ha). Chaque matin, elles ont donc une nouvelle parcelle dont elles profitent. Mes femelles de l’atelier d’engraissement viennent de troupeaux différents mais toutes adoptent le même rythme: elles mangent le matin sans faire de grand déplacement et se reposent l’après-midi ce qui favorise et assure une bonne transformation. Je gagne donc du temps et du poids 📈. Je valorise également la qualité de mes parcelles avec des cultures de trèfle, de plantain, de chicorée…à la recherche de résilience face aux sécheresses à répétition. Avec ce changement de pratique, je réponds aussi mieux aux besoins de mes animaux, à l’attente des consommateurs, respecte l’environnement et maîtrise mes coûts de production. Cette gestion m’a également permis de supprimer toute la mécanisation liée à l’entretien de mes parcelles, en réfléchissant pour trouver des alternatives tout autant efficaces.”

 

VÊLAGES À 2 ANS: DES KILOS DE VIANDE ÉCONOMIQUES 

Olivier et Frédéric MARUEJOULS, éleveurs adhérents au HBC à SAUVETERRE DE ROUERGUE (12)

Depuis 4 ans, le GAEC MARUEJOULS met une dizaine de laitonnes à la reproduction afin de sevrer quelques veaux supplémentaires sans impacter ses charges de structure.

« Mettre en place du vêlage à 2 ans sur l’exploitation nous a demandé d’adapter notre conduite notamment avant la mise à la repro et après le vêlage. Suite à ces adaptations, on ne note plus de différence au niveau des performances de reproduction. Cette année, les mères des veaux de la photo sont revenues en chaleurs en même temps que les primipares de 3 ans. Grâce aux choix du taureau et des génisses, les vêlages de 2 ans se passent aussi bien que les vêlages à 3 ans”, explique Olivier Maruejouls.

La particularité de cette conduite en vêlages à 2 ans c’est que les génisses sont inséminées avec un taureau habituellement destiné au croisement industriel. Le premier critère de choix du GAEC MARUEJOULS sont les facilités de naissance, ensuite c’est l’index de croissance qui est pris en compte ».

 

LE SANS CORNE : UNE ELEVAGE QUI S’ADAPTE AU MARCHÉ ACTUEL

Pascal et Christelle Alexandre, éleveurs-Adhérents HBC à Labeuville (55)

Adhérent depuis 1990 au HBC par passion de notre belle race, et par soucis de valorisation de leurs animaux, l’Earl Alexandre a décidé depuis quelques années maintenant de se diriger vers la sélection d’animaux génétiquement sans cornes. Aujourd’hui alors c’est environ 45 veaux, soit la moitié des veaux de l’élevage qui naîtront sans cornes grâce à 2 taureaux de monte naturelle ! Félicitations à eux pour tout le travail accompli !

Suite au confinement , une adaptation en un temps record !

UN DRIVE À LA FERME

Marc Le Verge, éleveur à Bodilis (29).

« Nous avons créé un drive à la ferme. Suite au confinement nous avons perdu nos marchés dédiés aux collectivités, aux restaurants et fermer notre point de vente directe, mais pour répondre à la demande de nos clients nous avons créé un drive à la ferme. Cela nous permet de réaliser quatre fois plus de ventes et de toucher de nouveaux clients. Certains morceaux retrouvent leurs places dans les paniers. Le rosbif est revenu dans les achats, on retravaille le rond de tranche…On assiste à un rééquilibrage de l’echelle des valeurs entre les différents morceaux de la carcasse. »

LE CHAROLAIS LIVRÉ À DOMICILE

Max Soulard, éleveur adhèrent au HBC à Lorignac (17)
« Nous avons mis en place les livraisons à domicile. Cette solution permet à nos clients de continuer à consommer de la viande locale, avec des vaches et des génisses nées et élevées sur mon exploitation. Ils choisissent les morceaux qu’ils aiment cuisiner, rôtir, ou griller 🥰…Ces livraisons nous ont permis de limiter les pertes et d’assurer le volume de 3 vaches par semaine que nous réalisions avant le confinement »
Max Soulard, éleveur adhèrent au HBC, est associé à la gestion de trois Boucheries à Saint-Aubin-de-Blaye (33), à Mirambeau (17) et à Saint-Genis-de Saintonge (17)